lancement wp

Que vous tombiez sur cette page via Google ou bien que vous l’avez sauvegardé pour vous lancer plus tard je suppose que ce que vous cherchez ici c’est à créer un site WordPress en quelques minutes. Pas de panique, vous êtes donc au bon endroit, je vous propose donc un tutoriel simple et illustré, à la fin de celui-ci vôtre blog sera 100% opérationnel.

Résumé du tutoriel :

    1. Le choix du thème du blog
    2. Hébergement ou pas ?
    3. On est partis !
    4. Configuration de WordPress
    1. Réglages de base
    2. Choix du thème
    3. Ecrire son premier billet
    4. Les menus et les pages
    5. Widgets
    1. Référencement
    2. Poster une photo
    3. Réseaux sociaux

(Parties en vert = parties écrites, parties rouge = parties en cours de rédaction)

I. INSTALLATION

1. Le choix du thème du blog

Normalement si vous êtes ici vous avez surement déjà bien délimité en amont ce que vous voulez faire ou non de votre site web, et même si il n’existe pas de thématiques inappropriées pour un site je vous recommande tout de même d’y re-réfléchir un petit peu. Par expérience j’ai vu pas mal de personnes se lancer dans leur propre WordPress et changer de thématiques au gré de leurs envies, ça peut se justifier si vous voulez faire un blog personnel mais pensez également que vos futurs lecteurs attendent de vous des conseils/avis sur un domaine particulier. Ma première recommandation est donc de garder en tête pour le reste de la vie de votre site de rester dans une ligne de conduite définie.

Vous n’avez pas d’idées mais une folle envie d’écrire et de partager sur un sujet ? Prenez le temps de réfléchir deux minutes à vos activités quotidiennes et vous verrez que le sujet apparaîtra assez vite. Que ce soit un sport (Tennis, Escrime, Football…), un loisir (jeux vidéo, cinéma, couture, cuisine, jardinage…) ou même votre métier tout est bon à partager sur Internet et certains domaines ne sont même pas encore traités ! L’occasion de devenir pionnier de votre secteur !

Wordpress

2. Hébergement ou pas ?

Grande question par laquelle vous allez forcément passer : « dois-je faire l’effort de payer un hébergement ? ». D’emblée je serais tenté de vous répondre « oui » et ça peu importe la thématique de votre site. Plusieurs raisons me poussent à raisonner comme ça :

Il existe effectivement une version gratuite de WordPress que vous pouvez tester immédiatement ici, le gros problème de cette version est que d’une part vous n’avez pas la main sur 100% de votre contenu. Impossible par exemple d’utiliser le thème personnalisé qui vous faisait tant envie ou ce plugin super pratique que vous aviez mis de côté pour vous lancer. De plus les adresses générées via ce site seront structurées sous la forme mon-site.wordpress.com ce qui n’est pas super agréable pour vous et vos lecteurs.

Le tutoriel que j’écris s’applique uniquement aux blogs que vous hébergez vous même, et afin de casser tout de suite le mythe existant : NON CE N’EST PAS DUR OU COMPLIQUÉ DE GÉRER SON SITE SEUL ! Ce tutoriel ultra simple en est la preuve :)

Pour mettre votre site en ligne vous avez donc avoir besoin d’un hébergeur, le principe reste très simple à comprendre : un hébergeur vous louera un emplacement sur l’un de ses serveurs et une adresse web de type « mon-site.com », le serveur est à peu de choses près semblable à un ordinateur comme vous avez sous la main actuellement. A la petite différence près que vous pouvez consulter les fichiers présents sur celui-ci en tapant l’adresse web que vous avez choisi, c’est le principe de base de tous les sites web que vous visitez en fait ! 😉

Qui dit location dit prix, en effet vous devrez vous acquitter d’une somme mensuelle à payer chaque mois pour garder votre site en ligne. Ces sommes sont souvent peu élevées comparé à la taille disponible et la bande passante (le trafic) autorisée sur les serveurs. De par mon expérience je vous recommande de faire votre choix parmi la liste de ces trois hébergeurs :

  • One.com : peu cher, première année entièrement gratuite (ce site en profite actuellement ?) et SAV efficace
  • 1and1 : peu cher également, je vous recommande l’offre à 4.99 pour débuter qui est largement suffisante !
  • OVH : réputé pour son sérieux et ses tarifs.

3. On est partis !

Une fois l’hébergeur choisis, le formulaire d’inscription rempli et votre première facture acquittée (selon l’hébergeur) j’ai l’honneur de vous dire que vous êtes l’heureux(se) propriétaire d’un site web ! Bon ok il est vide mais on va vite s’occuper de le remplir. :)

Pour cela il va nous falloir trois choses :

  1. Le mail de votre hébergeur reprenant le détail de vos accès, mot de passe etc.
  2. FileZilla, téléchargeable gratuitement ici
  3. La dernière version de WordPress, disponible gratuitement ici

Vous avez tout ? Ok on est partis ! Une fois FileZilla installé ouvrez le donc, vous tomberez sur une interface similaire à la mienne :

FileZilla

L’interface de FileZilla

Sans attendre allez en haut à gauche dans Fichier > Gestionnaire de Sites. Cet interface vous sert à ajouter les informations de connexion de votre serveur web.

FileZilla ajout site

L’ajout de sites se passe ici.

Saisissez vous du mail fourni par votre hébergeur récapitulant les informations de connexion à votre site et remplissez les informations (un exemple de mail type ici) et repérez les informations FTP (file transfert protocol), dans FileZilla remplissez l’hote (une adresse du type ftp.monsite.com), passez en authentification « normale » dans la liste déroulante et saisissez l’identifiant et le mot de passe trouvé dans le mail.

Cliquez sur « Connexion » et FileZilla déclenchera une sorte de dialogue entre les informations que vous lui avez donné et le serveur, si tout se passe bien vous devriez distinguer deux grades parties que j’ai résumé dans la capture d’écran ci-dessous.

Dialogue serveur WordPress

A partir de maintenant vous êtes à peu de choses d’avoir déployé WordPress sur votre serveur. Pour préparer l’ultime étape de cette parti vous devrez vous munir du fichier compressé contenant WordPress que vous avez téléchargé en début de cet partie, décompressez le là ou vous voulez. Vous vous trouvez donc avec un dossier intitulé tout simplement »Wordpress », ouvrez le sélectionnez l’ensemble des dossiers et fichiers contenus pour faites les glisser dans la partie serveur (en rouge sur la capture du dessus) de FileZilla. Plus de 800 fichiers doivent être transférés donc je vous conseille d’aller vous chercher un café ! 😉

4. Configuration de WordPress

Félicitation vos fichiers ont tous été déposés sur le serveur ! Maintenant il ne reste plus qu’a bien tout configurer pour être enfin opérationnel et avoir son site en ligne (vous voyez c’était pas compliqué) !

Sans plus attendre connectez-vous directement à votre site (en tapant l’adresse normale du type www.monsite.com), de là un message vous préviendra que le fichier de configuration est manquant. Rien d’anormal, WordPress propose de le créer en même temps que vous en faites la configuration ! En continuant de cliquer sur « suivant » vous allez remarquer que WordPress a besoin de certains éléments à renseigner :

  1. Nom de la base de données
  2. Nom d’utilisateur MySQL
  3. Mot de passe de l’utilisateur
  4. Adresse de la base de données

wordpress début

Vous trouverez ces données dans le mail transmis par votre hébergeur ou dans l’espace qui vous est dédié sur son site, pas de panique donc ! :) Pour information la Base de donnée SQL correspond à un endroit de votre serveur où sera stocké toutes les informations écrites qu’il sera utiles de sauvegarder. Pour exemple cet article est sauvegardé dans la base de donnée, les commentaires en dessous le seront également aussi.

Renseignez donc les éléments demandés, laissez le préfixe des tables comme indiqué.  A moins d’avoir plusieurs sites tournant sur le même serveur vous n’aurez pas grand intérêt à y toucher.

Wordpress infos de base

Cette partie là est renseignable par vous même sans trop de difficultés je pense ! Je vous laisse vous débrouiller ! Une fois que vous aurez cliqué sur « Installer WordPress » vous pourrez vous féliciter : votre site est fonctionnel ! :)

A partir de maintenant tout ce qui va suivre relèvera des bonnes pratiques et pas mal de conseils pour exploiter WordPress proprement.

II. CONFIGURATION DU SITE

1. Réglages de base

Votre site est disponible ! Vos premiers lecteurs peuvent donc s’y rendre et découvrir qu’en réalité… Il n’y a pas grand chose ! Pas de problèmes cette partie va vous aider à apprivoiser l’interface de WordPress. Pour accéder à l’administration de votre site il faudra taper dans la barre d’adresse une adresse spéciale, par défaut (celle-ci sera modifiable par la suite) vous devez vous rendre sur www.monsite.com/wp-admin/, rentrez les identifiants de connexion choisis pour tomber sur une interface similaire à celle ci-dessous.

Wordpress Interface Bienvenue sur le Back Office (ou l’administration) de votre WordPress. C’est un peu le cockpit d’ou vous pourrez quasiment tout piloter : de la création d’article à l’installation de nouvelles fonctionnalités (plugins). Même si tout est assez bien détaillé dans cette administration (vous vous doutez bien que « Articles » sert à rédiger des articles…) je préfère faire un petit résumé des choses à configurer d’emblée. Premier réflexe, survolez l’onglet « Réglages » (le 4 sur la capture d’écran) et sélectionnez l’option « Permaliens ». Petit topo rapide : un permalien est une réécriture de l’adresse web à laquelle vous êtes, cependant certains articles sont amenés à bouger si vous changez leurs titre par exemple, en gros les permaliens permettent d’avoir une adresse 100% valide. Par défaut celle-ci est réglée sur un modèle du type www.monsite.com/?p=123, par soucis de référencement il est largement préférable de basculer sur un autre modèle de permalien (car le but de votre site c’est bien d’être lu hein ;)). Je vous conseille d’opter pour une option mettant en avant le nom de l’article comme ce modèle www.monsite.com/exemple-article/. Tout de suite votre site plait plus à Google, et c’est bien !

2. Choix du thème

Un des choix les plus importants de la vie de votre blog va être de trouver un thème (c’est à dire une apparence) plus sexy que celui proposé de base. Deux possibilités : theme payantSoit passer par un thème gratuit, pas de problèmes c’est une bonne solution qui dépannera pas mal de monde. Tuto-blog lui même est actuellement sur un thème mis à disposition gratuitement. Pour télécharger un thème gratuit il n’existe QU’UNE SEULE SOLUTIONle site officiel . Pourquoi ne pas taper « Thème WordPress Gratuit » sur Google me demanderez vous ? Car WordPress.org et les plateformes payantes seront les seules qui vous fourniront un thème sans hacks (modifications du code du site, dans ce cas précis je parle de modifications indésirables) qui garantiront la sécurité de vos données. J’ai vu beaucoup trop de blogueurs faire l’erreur de fouiller dans les tréfonds du web pour trouver un thème adapté qui leurs a ruiné leur travail. Si vous ne trouvez pas votre bonheur sur wordpress.org deux solutions : apprenez à en coder un (un peu plus long ?), soit passer par un thème payant. Ce qui peut être une excellente solution si vous êtes un professionnel ou une entreprise cherchant quelque chose de stable, efficace et tenu à jour. Pour cela je vous recommande ThemeForest, un site avec un catalogue impressionnant à des prix très correctes. A noter que les thèmes gratuits disponibles sur WordPress sont directement accessible depuis votre interface : allez dans « Apparence »> »Thème » sélectionnez « Installer des thèmes » dans l’onglet du haut » et naviguez simplement dans le catalogue WordPress. N’oubliez pas : le thème de votre site sera l’équivalent de son âme, dans l’absolue vous pouvez le changer tout les 15 jours si ça vous chante. Mais il reste nettement plus recommandable de rester dans quelque chose de stable. Premièrement pour éviter que vos lecteurs se perdent, si ils ont l’impression de ne pas arriver « chez vous » c’est mauvais signe pour l’image que vous allez renvoyer de votre site sur Internet. Il est également possible qu’a force de jongler de thème en thèmes la mise en page de votre site en pâtisse (images plus à la même place, plugins ne fonctionnant plus, mise en page qui a sautée…). Enfin dernièrement : un site qui change de structure tous les matins est assez difficile à indexer pour Google, si votre restaurant préféré change l’emplacement de son entrée chaque jour vous avez forcément du mal à y entrer, ici c’est pareil ? ! Prenez donc le temps de bien choisir ce que va être l’apparence de votre site, et bien entendu je préconise de la changer que si la nécessité technique ou visuelle se fait sentir !

themes

Si vous voulez manuellement ajouter un thème WordPress rendez vous sur le site que vous avez choisis : téléchargez le fichier du thème au format .zip, ne le décompressez surtout pas ! Allez dans « Apparence »> »Theme » dans l’onglet « Installer des thèmes » sélectionnez ensuite « Envoyer ». La capture d’écran du dessus vous montre la procédure ultra simple pour mettre votre thème sur le site, rien de bien sorcier si ce n’est que vous devez impérativement lui indiquer une archive en .zip pour que le téléchargement se passe bien !

3. Écrire son premier billet

Allez on prend une bonne bouffée d’air frais et on attaque ! Le premier billet n’est pas une chose facile car c’est une sorte d’introduction de vous même à destination d’Internet. Dans ce tutoriel je ne vous expliquerais pas quoi écrire dedans, c’est à vous de vous débrouiller pour le coup ! ?

Par contre ce que l’on va faire ensemble c’est détailler l’interface de création d’article pour éviter les premiers cafouillages et les maladresses pour adopter les bonnes pratiques le plus tôt possible !

Interface création article wordpress

L’interface de création d’article sous WordPress

Dans cette interface est simplement accessible depuis l’accueil de votre administration en allant dans Articles > Ajouter un article. Comme vous pouvez le voir plusieurs choses sont identifiables, pour votre confort j’ai numéroté tout ça. Vous allez voir rien de bien compliqué ! :)

  1. Zone de rédaction : C’est tout simplement ici que vous allez taper vos textes, insérer vos images etc… Cette interface est dite WYSIWYG (What You See Is What You Get), pour faire simple ce que vous verrez affiché dans cette interface correspondra à la mise en forme final de votre article disponible pour le lecteur. Par exemple si vous grossissez un titre ou que vous écrivez dans une police d’écriture spécifique les changements s’afficheront ici tel qu’ils le seront dans la partie visible du site.
  2. Outils : Toutes les petites choses qui vous seront nécessaires pour embellir vos articles ! Cela va du simple soulignage à l’insertion d’un caractère spécial. Par défaut cette partie n’est disponible que sur une seule ligne, pour passer en mode « avancé » (que je vous recommande) il suffit de cliquer sur le dernier bouton de cette barre (ou d’utiliser le raccourci Alt+ Shift + Z). Nous reviendrons sur cette barre d’outils un peu plus tard !
  3. Zone de titre : Le titre de votre billet. Pensez à mettre un titre pertinent car cela a non seulement une importance pour vos lecteurs mais aussi pour Google, tout deux doivent savoir à quoi s’attendre en traitant votre billet (même si c’est un poil plus complexe avec Google l’idée est là :p).
  4. Basculement : Permets de basculer entre l’éditeur visuel et l’éditeur HTML. L’éditeur HTML correspond au « code » qu’il est nécessaire d’écrire pour que votre billet soit interprété correctement par votre navigateur Internet. En cas de pépin sur la mise en forme il est possible que vous ayez à toucher de temps à autre à cette partie.
  5. Outils de publication : Avec ce panneau vous avez accès aux outils de planification et de parution de votre article.  Vous pouvez donc enregistrer votre billet, avoir un aperçu de celui-ci dans votre thème, choisir une date de parution (utile pour programmer ses billets). Depuis WordPress 3.6.2 les révisions d’article sont accessibles directement depuis ici. Si vous avez fait une bêtise et que vous voulez revenir en arrière c’est désormais possible facilement !
  6. Panneau des catégories : Permets de classer votre billet dans une ou plusieurs catégories. Permets de faciliter le tri du blog, pensez à choisir des noms pertinents et récurrents pour éviter d’en créer beaucoup !
  7. Mots clé : Un peu pareil que les catégories, les mots-clé permettent de définir les sujets abordés dans le billet. Par exemple pour ce que vous êtes en train de lire les mots-clé auraient pu être : « WordPress », « Tutoriel », « Aide », « Blog » :)
  8. Image à la une : Permets de définir une image à la une (oui c’est fou, j’explique bien !). L’utilité de cette zone sera surement définie par votre thème, certains les prennent en compte, d’autres non.

Ça vous fait pas mal de choses à retenir ! Rassurez vous tout de même rien de très technique, d’ailleurs je suis certain que vous avez deviné à quoi servait certaines parties avant de lire mes explications. 😀

Outils d'édition WordPress

Les outils du bonheur

Revenons un peu sur les outils je vous prie. Je vais vous détailler leurs fonctionnement et après je vous lâche écrire votre premier billet !

Le bouton « Ajouter un média » sert à ajouter des fichiers audio vidéo ou des images. 90% du temps vous allez en faire usage pour vos photos qui illustrerons vos articles. Cliquez simplement dessus pour ouvrir une interface qui vous permettra de faire glisser vos médias depuis votre pc jusqu’à votre blog.

  • Le bouton « Ajouter un formulaire » est propre au plugin « Jetpack » que je détaillerais en fin de tutoriel.
  • Le « B » sert à mettre en gras le texte sélectionné dans la zone d’écriture
  • Le « I » sert à le mettre en italique
  • Le « abc » sert à le barrer.
  • Les deux boutons suivants servent à faire des listes avec deux choix possibles, celles à puces :
    • Test
    • Test
    • Test
  • Et celles à nombres :
    1. Test
    2. Test
    3. Test
  •  Les guillemets servent à transformer une phrase en citation, exemple avec la mise en forme de mon blog :

Ce tutoriel est vraiment génial !

Modeste le mec ! ?

  • Les trois boutons suivants servent à choisir un alignement pour le texte (par défaut à Droite).
  • Les deux représentés par des chaînes servent à faire des liens sur les textes sélectionnés dans l’interface d’édition ou les retirer.
  • Les deux rectangles découpés permettent de scinder son billet en deux, la partie du haut sera affichée sur la page d’accueil de votre site et le reste sera disponible uniquement si la personne se rends à l’adresse du billet. Très pratique pour les phrases d’accroche et les introductions !
  • Le ABC validé d’une coche verte est également propre à Jetpack, on y reviendra donc !
  • Le carré avec les flèches à ses coins permets de basculer en mode plein écran, un mode très agréable pour rédiger un billet !
  • Le dernier bouton de cette première ligne sert tout simplement à afficher ou masquer la seconde ligne.

Dans la seconde ligne nous avons donc de gauche à droite :

  • Mise en forme, permets de faire des titres.
  • Sert à souligner son contenu
  • Justifie le texte (par pitié faites-le, je ne supporte pas les sites non-justifiés) ?
  • Le petit A surligné d’une barre grise sert à coloriser le texte sélectionné dans la zone d’édition.
  • Le T et le W servent à coller du texte depuis l’éditeur de texte ou depuis Word, ça marche plus ou moins bien.
  • La gomme « gomme » (forcément) la mise en forme, ne laissant que le texte brut.
  • Le Omega Ω permets l’insertion de caractères spéciaux.
  • Les deux symboles suivants servent à indenter ou désindenter le texte, l’indentation correspond à un retrait du texte par rapport au reste du paragraphe.
  • Les deux flèches permettent les retours en arrière ou en avant (le Ctrl + Z est compatible avec WordPress).
  • le dernier bouton affiche une aide

Si avec ce paragraphe vous n’arrivez pas à me sortir de super billets je ne sais pas quoi faire ! ?

 

4. Les Menus et les Pages

WordPress permets de structurer très facilement la présentation de son site et de proposer à vos lecteurs une interface claire et personnalisée de ce que vous voulez proposer. Que ce soit un simple formulaire de contact, une FAQ ou même le tutoriel que vous êtes en train de lire actuellement vous passerez forcément par une page.

La principale différence entre une page et un billet (ou article) « classique » c’est qu’une page n’apparaîtra pas dans le flux de publication des billets. Une fois crée, la page s’affiche là où sa destination à été indiquée par défaut dans votre thème ou dans l’emplacement que vous aurez défini vous même dans un menu. Je ne vous ferait pas un tutoriel pour savoir comment créer une page ou comment la mettre en forme étant donné qu’une page est similaire en quasi tout points à un billet, la seule chose qui change de façon flagrante, bah c’est le nom !

Une fois votre page crée vous allez devoir fabriquer un menu pour organiser votre blog de façon plus personnel. Pour cela rendez-vous dans la section « menu » de votre menu d’administration, caché dans l’onglet « Apparence » (rien de bien compliqué).

menus wordpress

La page de création et modification de menus

 

L’interface affichée vous présentera alors plusieurs choses :

  1. Les « menus » de votre thème disponibles
  2. L’interface d’organisation du menu
  3. L’interface de sélection des éléments

Tout est normalement assez clair pour que j’évite de surenchérir d’explications : vous sélectionnez les éléments que vous voulez mettre dans votre menu sur la gauche, vous cliquez sur « Ajouter au menu » et hop ! Il suffit alors de sélectionner l’emplacement du menu que vous voulez utiliser. Souvent les thèmes ont plusieurs menus, le plus fréquent étant celui sous la bannière de votre site, la meilleure vérification étant de vous rendre directement sur votre site pour vérifier que l’affichage est bien là où il devrait être !

Quelques petites astuces pour faire bon usage des menus :

N’hésitez pas à aller dans l’onglet « catégories » pour ajouter à votre menu les principales thématiques de votre blog.

Vous pouvez indenter votre menu, quand vous faites glisser un élément déjà présent dans votre menu vous pouvez non seulement le réordonner mais aussi créer des liens de parenté. Il suffit pour cela de « prendre » un élément, de se placer au dessus d’un autre et de se placer légèrement sur la droite. La réorganisation par ce biais aura pour effet de créer des sous catégories très appréciables pour avoir un menu bien rangé, concrètement si sur votre blog cuisine vous avez une catégorie « Dessert » vous pouvez y ranger les sous-catégories « crêpes », « gâteaux » et pâtisserie ». Quand votre lecteur passera la souris sur l’élément « Dessert » du menu que vous avez crée il verra alors les catégories disponibles d’un seul coup d’œil !

5. Widgets

Les Widgets sont de petits modules que vous pouvez accrocher à différents endroits de votre site, ces endroits -que l’on nomme généralement sidebar- sont définis par votre thème WordPress ou par vos extensions qui permettent d’en ajouter. Ils permettent d’afficher toutes sortes d’informations : réseaux sociaux, liens d’abonnements, liste d’articles, flux RSS et j’en passe ! La majorité des Widgets qu’il est possible de greffer à une sidebar se trouve dans la banque de modules WordPress.

Widgets WordPress

A gauche l’affichage sur le site, à droite la configuration dans l’admin.

Pour gérer les Widgets, il faudra se rendre dans Apparence > Widgets de votre panneau d’administration. Depuis cette page vous avez accès à beaucoup d’informations, pas de panique je vous résume tout ! ?

En suivant mon screen ci-dessous vous pouvez distinguer deux grandes zones. La partie orange correspond à l’ensemble de vos widgets de disponible, la partie bleu clair liste l’ensemble des zones dans lesquels vous pouvez intégrer ces Widgets. Pour chaque zone de disponible vous pouvez faire dérouler une liste, ici j’ai pris l’exemple de ma Sidebar Right en mauve. Vous voyez bien que la liste des modules intégrés est la même que celle que j’utilise actuellement sur mon blog (et dans le même ordre). Pour ajouter de nouveaux widgets rien de plus simple : un glisser-déposer de la Zone « Widgets Disponibles » vers la sidebar dans laquelle vous voulez l’afficher et le tour est joué ! Attention, certains widgets ne fonctionneront qu’une fois une petite configuration faite. N’hésitez pas à dérouler les widgets dans la sidebar (la partie mauve) pour voir quelle est la configuration de chaque module.

Widget Panneau Admin


 

Vous avez choisis votre thème, vous avez hébergé votre site, configuré WordPress et écrit vos premiers billets ! Félicitations ? ! Le plus dur est fait, maintenant il reste la partie la plus longue mais également la plus passionnante : alimenter votre blog régulièrement. Là dedans il n’y a pas de secrets : vous êtes aux commandes et vous faites votre blog comme vous l’entendez. Bien entendu il existe quelques conseils dans le référencement de son site pour faire connaître au plus grand nombre vos écrits et je ne manquerai pas d’aborder quelques éléments clés plus bas.

Dans la partie suivante il n’y a rien d’obligatoire et d’essentiel, comme son nom l’indique la section bonne pratiques répertorie les usages courants qu’il est recommandé d’adopter pour obtenir un référencement optimal, une ergonomie plaisante pour les visiteurs etc.

N’hésitez pas également à vous tenir au courant des nouveaux articles du blog qui permettront de compléter vos connaissances dans le CMS WordPress, j’y aborde régulièrement des conseils en référencement, des présentations de thèmes et de plugins et de nombreuses autres choses qui vous aideront à garder votre site à jour !

 

I. BONNES PRATIQUES

/ EN CONSTRUCTION ? /

  1. Richard says:

    Votre tuto est super cool ! Vos explications sont claires et nettes ! Très bon boulot !
    J’ai installé WordPress en local avec VampServer et tout est OK !!!!!!!!!!!!!
    Je suis à la phase choix du thème…
    A quand la suite de votre tuto… Je suis très impatient… Je l’attends avant de me lancer dans la création des pages…

    Merci !

    Cordialement.
    Richard

  2. Tony says:

    Bonjour.
    J’aime bien votre tutoriel, en particulier les captures d’écran didactique. C’est très visuel et ça permet d’aider à bien réussir à prendre en main WordPress.
    J’espère que les tuto qui vont suivre continueront d’avoir cette qualité.
    Bonne continuation.

  3. Aurore says:

    Salut,
    Je suis justement en train de penser sérieusement à migrer de blogger à wordpress. D’ailleurs, j’ai déjà créé mon blog « test et ton article m’est d’une grande aide !
    Tutoriel très clair, nickel ^^
    Bizz

  4. Jack says:

    Bonjour,

    Très bien fait, mais comme souvent presque partout on ne parle pas de ce qu’est un thème enfant, comment le configurer ou tout du moins s’en servir. Je n’en n’avais pas et à la mise à jour du thème Jolène mon menu a disparu.

    Vous avez des tutos sur ça?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>